Gilbert Pedinielli

 


DRAPS A TRACES ET BOITES A MEMOIRE

L'art ne peut restituer fidèlement qu'une partie infime de l'idée transformatrice. L'art, genre superfétatoire, rapporte différemment la portion congrue d'un souvenir flou, les contractures du passé errant, les flashs émotionnels aveugles. Cette trivialité enfin posée, minuscule et tordue, devient - enjolivée par les artistes et leurs consorts - une volonté sacrée.
La culture apparaît (ou disparaît) sous une avalanche de ces signes boursouflés. A l'intérieur de ce maëlstrom, elle accumule donc les moindres gestes du petit doigt, la mémoire volatile décorée, les éléments du quotidien resucés.

L'art-passoire presse, écrème, polit ces conglomérats par le discours afin que tout un chacun et son acte se sentent à chaque fois virginal.

Bois et métaux divers, peinture, mannequin.
Suite de l'exposition